RADIO CASA MFM

VISITES


 

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 17 le Jeu 15 Mar - 16:39
C I T A T I O N S
Statistiques
Nous avons 88 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Abdellatif

Nos membres ont posté un total de 1584 messages dans 509 sujets

Journaux du Maroc
صحف مغربية باللغة العربية

 

Presse Marocaine en Français
Juin 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier


La parole est au citoyen et réformes à envisager

Aller en bas

Re: La parole est au citoyen et réformes à envisager

Message  Ibrahim le Sam 15 Oct - 10:58


Makddna Fil Zadouna Fila



Révision de l’IGR sur les pensions des retraités



Il est in concevable et indigne qu’un retraité qui s’est acquitté de l’IGR à la source durant toute sa vie d’activité qui parfois dépasse les quarante ans de payer l’IGR sur sa misérable pension sachant bien qu’il a toujours des enfants diplômés chômeurs à sa charge et même parfois des parents qui s’ajoutent.il faut savoir que le pensionnaire supporte aussi la couverture social et médicale car ils sont exclus à l’âge de 21 ans .

Ces derniers temps la CNSS est en train d’envoyer des correspondances aux pensionnaires afin de s’acquitter de l’IGR non payé avec pénalité de retard ce qui va apporter un coup dur aux pensionnaires de la catégorie moyenne.
Le retraité s’attendait à une amélioration de sa situation précaire, à des avantages honorifiques et encouragements pour lui assurer une vie paisible comme ailleurs et non pas lui enfoncer un autre clou de gros calibre dans la tête. Nous avons cotisé au-delà du plafond demandé celui de 3240 jours de travail ; pourquoi pas ne prendre ce surplus de points comme exonération de la dite IGR sur nos pensions et aller même à octroyer des primes pour ceux qui ont cotisé au delà de ce plafond.
Retraités et pensionnaires l’union fera notre force, unissons nous en associations et en fédérations pour défendre nos acquis bien mérités. Nous avons le droit à une vie digne et honorable car nous l’avons décroché haut la main. Si nos législateurs, nos réformateurs et nos décideurs ont mal géré nos caisses de retraites et autre, ce n’est pas qui nous devons payer les pots cassées c’est injuste. La paix sociale demande des sacrifices de part et d’autre, nous avons bien honoré la notre durant quarante ans, assumez la votre durant le reste de notre vie parmi les rescapés. Si nous retenons nos enfants diplômés chômeurs de rejoindre le mouvement du 20 février c’est grâce à cette éducation citoyenne dont ils sont issus. Voulez vous qu’un autre mouvement voit le jour celui des vieux pensionnaires retraités, ne le ferons pas mais soyez sage comme nous le sommes. Sinon nous ferons nos doléances aux hautes instances en la personne du grand ami des pauvres, notre jeune et auguste roi Mohamed VI que Dieu le glorifie et le protège pour tous les pauvres de ce grand pays.

_________________
avec mes amités Ibrahim
avatar
Ibrahim

Messages : 482
Date d'inscription : 12/01/2011
Age : 72
Localisation : Casablanca

http://taghart-souirah.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

La retraite des uns et des autres

Message  Ibrahim le Sam 2 Avr - 7:39



La retraite des uns et des autres.



Bien sur qu’une retraite sa se prépare selon les moyens dont on se dispose d’abord l’emploi qu’il faut décrocher si on a cette chance de l’avoir et puis alors, on peut penser aux : salaire, grade, promotion, motivation, avancement, régime de retraite, couverture médicale et j’en passe. Tous ces soucis, ce périple pendant des années de cotisations qui dépasse parfois les quarante ans de labeur et travail aux services de l’état et du pays. La montagne accouche d’une sourie pour avoir droit à une pension égale à 4200dh imposable

Maximum selon l’option de retraite en faveur de l’adhérant lui-même, mais s’il décède la conjointe ou les enfants ne perçoivent que 50% de la pension.
En contre partie, voyant maintenant les députés et parlementaires qui représentent le peuple qu’elle est leur retraite et combien sa présente pour les caisses de l’état (sans parler bien sur de leurs salaires et autres avantages dont bénéficient nos représentants sujet sur lequel je reviendrai un autre jour)
Alors une fois la législature terminée le parlementaire bénéficie d’une pension à vie.il perçoit 5000 dh par mois pour une législature, 7000 dh pour deux et 9000 dh pour trois. Donc on constate bien que la justice sociale n’est pas respectée et que les droits du salarié sont bien frustrés dans ce domaine.
Les maux dont souffrent les régimes de retraite au Maroc est que les différents systèmes de retraite (CNSS, CIMR, CMR, RCAR) versent des pensions qui varient en fonction des rémunérations des salariés et fonctionnaires sont financés par les prélèvements sur le salaire, selon un régime fondé sur la répartition : donc on impose les salariés d’aujourd’hui pour payer les retraites des salariés d’hier.
Et si à moins de salarié demain pour cotiser afin de servir des pensions aux actuels salariés, le système se trouve en déséquilibre. Donc je pense bien qu’il faut réviser le système de retraie au Maroc tout en garantissant des pensions honorables à toute les souches du pays afin d’instaurer une vraie justice sociale.

à suivre

_________________
avec mes amités Ibrahim
avatar
Ibrahim

Messages : 482
Date d'inscription : 12/01/2011
Age : 72
Localisation : Casablanca

http://taghart-souirah.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La parole est au citoyen et réformes à envisager

Message  Ibrahim le Lun 14 Mar - 13:34

suite

Les augmentations de salaire

Et l’absence des esprits et de la conscience.


On parle toujours de climat social, paix sociale, négociations avec partenaires sociaux et syndicats nationaux pour des augmentations de salaire dans tous les secteurs privés et publics. Ce type de négociations entre le gouvernement et les dites syndicats prend beaucoup de temps pour voir le jour, après plusieurs ronds comme dans un match de boxe. Seulement voila qu’après tout ce temps de combat qui peuvent durer des mois et des mois et en fin de parcours, notre montagne accouche d’une sourie. Un tapage dans les médias écrites et parlés et à la télévision pour annoncer ces augmentations dites générale.les négociations entre gouvernement et partenaires sociaux ont aboutis à un accord répondant ainsi au cahier revendicatif formulé par les syndicats principaux de notre pays. Selon cette méthode appliquée dans les augmentations, aucune démocratie sociale n’est prise en considération car un dix pour cent d’un un haut salaire de 50.000 dh nous donne 5000 dh, or qu’un bas salaire de 2000 dh nous ne donne que 200 dh imposable. Donc on creuse toujours l’écart entre les bas salaires et les hauts salaires et on crie haut et fort de l’amélioration du pouvoir d’achat de la classe ouvrière . je me demande est ce que nos responsables syndicaux ont la notion d’arithmétique ou du calcul ? Pour signer ce genre de convention sachant bien qu’ils enfoncent d’avantage le clou dans la tête des pauvres et participent au massacre de la classe ouvrière au dépend des classes bien aisées, on peut appeler ça du magouille et de la mascarade. Un vrai militant qui défend la cause de la classe ouvrière ne doit pas suivre cette déroute qui creuse les écarts entre le riche et le pauvre ; il doit lutter en toute conscience et sans profits pour faire appliquer la méthode démocratique qui doit stipuler : le gel des gros salaires, le taux d’augmentation doit être dégressif en commençant d’abord par les petits salaires, du bas vers le haut de la pyramide( 40% 35% 30¨% 25% 20% 15% 10% 05% et puis zéro% pour ceux qu’on appellent les barrons) car cette catégorie ne vont pas au marché et ignorent même les prix des denrées alimentaires , tout est gratuit même le chauffeur et la bonne sont payés , soit par l’administration ou la société. Dans la dernière augmentation tout le monde se rappelle de la dite baisse de l’IGR de 42% à 40% et dont le gouvernement avait chiffré cette baisse à des milliards de perte pour l’état, alors qu’en fait c’était uniquement du bluff car diminuer l’IGR et augmenté la TVA c’est de l’arnaque pur car la tva est payé par tous les marocains consommateurs, alors que l’IGR ne touchent que les salariés du privé et les fonctionnaires de l’état.
L’erreur est humaine s’elle n’est pas préméditée, mais s’elle est bien intentionnée, elle est considérée comme fraude et mérite des châtiments.Alors
Messieurs les négociateurs, Messieurs les militants syndicaux, Messieurs les partenaires sociaux, Messieurs les leaders de nos partis politiques qu’en pensez vous de ces lacunes et ces calculs qui vous échappent lors des signatures de telles conventions ? Ou bien on applique la formule qui dit dans le pays des aveugles le borgne est roi.
Je pense que dorénavant les fuites ne seront plus permises et que chacun doit assumer sa responsabilisé comme il se doit, sinon les réformes annoncés peuvent faire sauter des tètes, s’ils ne se conforment pas au respect législatif et aux normes du changement à venir. J’espère que le feuille de route tracée par le roi Mohamed VI que Dieu le glorifie, changera beaucoup les consciences et la mentalité des assoiffés du gain individuel et mettra fin à ces magouilles et aux mauvais calculs des uns et des autres afin d’appliquer une bonne démocratie sociale en faveur d’un peuple qui a tout sacrifié pour sa nation et son roi.


A bons entendeurs salut.

à suivre

_________________
avec mes amités Ibrahim
avatar
Ibrahim

Messages : 482
Date d'inscription : 12/01/2011
Age : 72
Localisation : Casablanca

http://taghart-souirah.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Le champ politique au Maroc, partis et syndicats

Message  Ibrahim le Sam 12 Mar - 17:42


Le champ politique au Maroc, partis et syndicats


En n’étant pas un spécialiste dans les affaires politiques, ni même pas un proche de ce domaine assez sombre et complexe chez nous au Maroc, mais j’avais un petit souvenir d’enfance vague au début des années soixante. Je me rappelle très bien que lors de premières élections chez nous à Essaouira feu Dr Youssef BelAbbes s’est porté candidat dans la ville car malgré qu’il est Marrakchi mais vu qu’il avait exercé comme médecin dans notre hôpital, il avait cru l’emporter sur son rival direct qui n’était autre que feu Si Mohammed Barazi , seulement ma déception était aussi grande car même ma famille a voté Barazi , malgré que je voulais que notre Ministre de l’éducation nationale l’emportait puisqu’il nous a promis des bourses d’études à tous les Souiris à cette époque dans sa campagne législative .pour vous dire que malgré son échec dans les législatives de l’époque, sa promesse des bourses a bien été tenue en considération pour tous les candidats ayant quitté Essaouira pour aller poursuivre leurs études ailleurs (admis ou pas admis la bourse était, attribué allez-y comprendre comment). Douze ans après ce petit souvenir des élections comme écolier, j’intègre le monde du travail et je me suis aperçu que dans la dite société ou j’avais débuté il n’y avait ni couverture médicale ni retraite complémentaire et les salaires étaient un peu maigres, j’ai commencé à défendre la cause ouvrière sous la couverture des délégués du personnel, comme nos ambitions de mieux évoluer dans nos acquis on a adhérer au seul syndicat de l’époque grâce à laquelle ont avaient récolter pas mal d’avantages.
Le paysage politique et syndical s’est vite changé dans un temps record en passant de trois à quatre partis à plus que trente cinq actuellement et pour les syndicats d’ un seul à plus de vint cinq .c’était la philosophie du Makhzen des années de plomb au temps d’Oufkir et de Basri multiplier les partis et les syndicats pour diviser les forces du peuple afin d’enrichir les barrons et appauvrir d’avantage la classe ouvrière et créer cet énorme vide entre la base et le sommet de la pyramide. Ce détachement de la base, la rareté des militants qui croient encore en ce nombre, vertigineux de partis et de syndicats et de leurs idées en plus du manque de communication avec les citoyens sont les principaux symptômes de ce désarroi de l’action politique marocaine. Cependant à ces maux s’ajoute les problèmes internes des partis qui ne savent plus à quel saint s’avouer, puisqu’aux années quatre vingt le champ politique ont été embelli par les partis dits de « l’administration » ou « Makhzen » en récurrence « UC et RNI ». Le palais de son coté à cette époque encourageait le pluripartisme excessif en limitant par la même occasion le danger supposé des partis historiques à savoir « USFP et ISTIQLAL ».
Un jour dans les années quatre vingt dix , j’ai interpellé un responsable syndical, lors d’un rassemblement pour élire notre bureau syndical, en lui disant que la plupart des gens que vous avez retenu pour nous présenter, sont des bras cassés et des blâmés qui ont des antécédents. Vous savez comment il m’a répondu « le syndicat a besoin de ces bras cassés pour casser la porte du patron s’il refuse de les recevoir » Ha ! bon monsieur je m’excuse je ne le savais pas, donc au revoir Monsieur et à bientôt Incha Allah, lorsque je serai un bras cassé comme ton équipe je viendrai me protéger sous le parapluie de votre syndicat.
Le constat le prouve les campagnes électorales sont dirigées plus sur les promesses que sur de véritables programmes, à signaler aussi le clientélisme des partis, la corruption et l’achat de voix, le défaut de la culture politique, l’absence de démocratie interne au sein des partis et le manque de transparence , tous ces facteurs ont contribués au désintéressement des lecteurs et à désintégrer la politique ; la preuve est tellement tangible puisque le taux de participation dans les dernières partielles été ridicule . Face à cette déroute les analystes et universitaires s’accordent à répéter, à qui veut les entendre que les missions sont urgentes et immenses : renouveler les élites, mobiliser l’électorat jeune, favoriser et appuyer les réformes prononcés, étendre les programmes de proximité, réconcilier les citoyens avec l’action, réhabiliter le respect de l’intérêt général et généraliser la bonne gouvernance à tous les niveaux. Aujourd’hui que jamais nous avons besoin d’injecter du sang neuf dans la vie politique de notre pays, nous avons besoin d’une charpente solide capable de résister à l’usure et l’érosion, aux faiblesses trop humaines de certains des décideurs par le démon du pouvoir ou l’appât du gain. Le développement du champ politique marocain a vraiment besoin d’une dynamique de recomposition.
à suivre


Dernière édition par Ibrahim le Mar 31 Mai - 15:59, édité 2 fois

_________________
avec mes amités Ibrahim
avatar
Ibrahim

Messages : 482
Date d'inscription : 12/01/2011
Age : 72
Localisation : Casablanca

http://taghart-souirah.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La parole est au citoyen et réformes à envisager

Message  My Ahmed Jebli le Ven 11 Mar - 16:55

avatar
My Ahmed Jebli

Messages : 244
Date d'inscription : 11/01/2011
Age : 56
Localisation : essaouira

http://www.rosa-immobilier.com

Revenir en haut Aller en bas

Moqadem, Cheikh, Khalifa et Caid

Message  Ibrahim le Mer 9 Mar - 16:45


Moqadem, Cheikh, Khalifa et Caïd


J’entame ces pages par un sujet aussi complexe que pertinent, c’est celui des Moqdems, chioukhs, Khalifas et Caïds et leurs rôles respectifs dans le paysage politique de notre Maroc ; au temps de la Siba, au temps des années de plomb, au temps de Basri et maintenant.

Il est vrai que cette profession est méprisée, décriée et accusée de tous les mots et elle est bien ingrate. On dit bien que ces professions ont été crées dans le protectorat Français et que la fonction du Moqadem puis du Cheikh en faisait à l’époque le porte parole de l’administration de sa communauté soit d’une tribu ou les habitants d’un quartier. Ces auxiliaires constituaient le rouage indispensable d’un mode de gouvernement basé sue la soumission des populations.
Depuis ils ont évolué vers des taches davantage axées sur le renseignement de proximité et leurs statuts reste entouré de mystère. Aujourd’hui ils sont assignés à des taches plus diverses, qui vont du suivi de la destruction des baraques construite illégalement, à la collecte d’informations sur les soupçonnés de terrorisme ou à l’enquête sur les situations maritale des personnes et ils sont à l’écoute de tout ce qui bouge dans le pays, sans parler d’autres missions du pouvoir .Bref chacun de nous a une vision personnelle sur ces hommes de cette institution qui n’est autre que celle du Ministère de l’intérieur et que chacun de nous a une ou des histoires avec ce corps mystérieux( attestations , certificats et tout genre de pièces administratives qui sont nombreuses et compliqués à en avoir sans souci , malgré que c’est un droit acquis par la constitution) et dont leur naissance se perd dans l’histoire du pays. Il ya beaucoup à dire sur ces hommes, mais je vous laisse à vous aussi la place pour nous parler sur ce mystère. Je pense à mon avis que leur temps est révolu et il est bien temps de penser à les remplacer par d’autres appellations et fonctions plus structurés et plus motivés pour qu’on casse ce chainon incontournable de la corruption et pour qu’ils soient au service de la population et non pas à leur détriment.

_________________
avec mes amités Ibrahim
avatar
Ibrahim

Messages : 482
Date d'inscription : 12/01/2011
Age : 72
Localisation : Casablanca

http://taghart-souirah.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

La parole est au citoyen et réformes à envisager

Message  Ibrahim le Mer 9 Mar - 14:03


La parole est au citoyen


Suite aux événements et troubles que traversent les pays arabes en ce moment, votre forum Essaouira-scala ouvre ces pages pour ses membres pour mieux s’exprimer de leur citoyenneté, d’écrire, de relater et de se prononcer et de nous élucider sur leurs attentes : comment ils perçoivent l’état actuel au Maroc et comment ils envisagent la poursuite des réformes à entreprendre incessamment afin de préserver les acquis et œuvrer pour un avenir meilleur dans notre cher pays le Maroc. C’est une sorte de marche et de manifestations devant nos claviers, loin des fauteurs de troubles et du vandalisme, derrière notre jeune et auguste roi Mohamed VI qui ne cesse d’œuvrer pour nous satisfaire et nous rendre plus heureux que jamais. Donc nous participons par nos idées et réflexions dans un autre cadre celui de passer nos messages à partir de notre forum grâce à internet avec clairnoyance et objéctivité.

Nous prions les intervenants de bien cerner les problèmes et de rester dans le cadre du sujet.


Dernière édition par Ibrahim le Sam 2 Avr - 7:46, édité 1 fois

_________________
avec mes amités Ibrahim
avatar
Ibrahim

Messages : 482
Date d'inscription : 12/01/2011
Age : 72
Localisation : Casablanca

http://taghart-souirah.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La parole est au citoyen et réformes à envisager

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum