RADIO CASA MFM

VISITES


 

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 17 le Jeu 15 Mar - 16:39
C I T A T I O N S
Statistiques
Nous avons 88 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Abdellatif

Nos membres ont posté un total de 1584 messages dans 509 sujets

Journaux du Maroc
صحف مغربية باللغة العربية

 

Presse Marocaine en Français
Juin 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier


Nos traditions se font de plus en plus rares

Aller en bas

Re: Nos traditions se font de plus en plus rares

Message  Ibrahim le Dim 3 Avr - 14:53


TAKDAIROUTE

Restons dans nos traditions, mais cette fois on va s’envoler vers une autre pensée toujours présente en mémoire c’est la fameuse TAKDAIROUTE de Aid Lakbir , elle est bien mixte car garçons et filles rêvaient d’en faire à leurs gouts.
Est-ce que on ne peut pas classer Takdairoute comme culture culinaire à part entière car il nous initie à la gastronomie sans se rendre compte en tant qu’enfants.
Cette tradition que tout ce petit monde de notre ville et sa région célèbrent pendant les jours de fête de l’aid al Adha. Je pense bien que oui, et c'est une initiation à l'Art de la gastronomie ; la joie d’aller acheter son mini tagine
Et son majmar à Souk Laghzal ou à Had Smimou ou à Had Draa tout comme à Larbaa Di daougart ou Sebt Meskala la tache n’est pas aussi facile puisque le choix est parfois difficile à faire. Selon les gouts et les préférences de chacun les menus ils doivent être différents les uns des autres car c’est un engagement que chacun des participants est tenu à respecter le jour J, en général Le deuxième jour de l’Aïd sauf dérogation .Le lieux du festin est aussi annoncé à l’avance en principe dans une maison spacieuse que tout le monde se sens à l’aise pour bien fêter ce jour dans la joie et l’allégresse. L’art de la gastronomie sa s’apprend, le fait de voir les mamans cuisiner avec grande attention on arrive à les imiter, surtout pour les enfants doués ils feront carrière dans le domaine culinaire, en considérant la maison comme école je trouve que c’est une éducation comme une autre de savoir cuisiner comme nos mères et nos grand mères Allah Irhamhoum.
Une fois l’heure sonnante du festin et que tous les participants dévoilaient le contenu de leur menu en enlevant le petit couvercle de Takdairoute qui laissait dégager de multiple odeurs par tout un mélange d’ingrédients, le salé, le sucré tout un amalgame de traditionnelle et de Chhiouates (Adrari ou Lbnat) ( lham bel berkouk)( lamrouzia) (Kabab al maghdour) ( lham bezbib oul bessla) ( tkalya) ( lham arras)( lham bechferjal)(lham batata wa ziton) (lham bejelbana belkouk c’est tout un étalage de chhiwates bladna en relief qu’il faut admirer avant de savourer tous ces gourmets étalés sur un tapis de la région de Bousbaa. bon appétit mesdames messieurs et à vos claviers pour nous décrire vos Takdairoutes et vos commentaires sur cette tradition qu’on a perdu de vue depuis des années et des années. malgré cette absence bon appétit à


(Loulad ou Labnat)
ibrahim

_________________
avec mes amités Ibrahim
avatar
Ibrahim

Messages : 482
Date d'inscription : 12/01/2011
Age : 72
Localisation : Casablanca

http://taghart-souirah.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Arfa Arfa ! Mbarka ! Mimouna

Message  Ibrahim le Jeu 24 Mar - 14:30



Arfa Arfa ! Mbarka ! Mimouna



Après l’épisode d’Arbana dont les actrices étaient des petites fillettes, en voici un autre épisode d’une autre aventure à vous racontez et qui a marqué nos mémoires d’enfants Mogadoriens, en tant que tradition incontournable de notre époque. Cette fois ci les acteurs sont des garçons en bas âge ; il s’agit de Arafat , rituel de l’Aid El Kébir organisé la veille du sacrifice du mouton. Une autre tradition bien de chez nous qui passe à l’oubliette qu’on accomplissait en ce grand jour d’Arafat. Dès l’approche du jour J, des petits groupes de garçons se forment dans les quartiers de l’ex Mogador pour la préparation de cette journée faste pour nous petits. Tout d’abord on doit faire un petit tour à Rahba pour en acheter quelques kilos d’orge, puis on passe du coté de Souk Laghzal pour acheter du Henné et du sel en granulé. Le chef du petit groupe qui se composait de trois à cinq garçons, s’occupe de procurer un couffin, une fois dans la maison de l’un d’entre nous, on mélange dans le couffin : orge, henné et sel et voila le tour est joué, la préparation magique est fin prête pour l’emploi. Notre fameuse tournée commence alors par la visite des maisons les plus connus dans nos ruelles : voisins, proches et amis en respectant bien sur notre zone pour ne pas avoir de problèmes avec les autres équipes. Comme les petites fillettes on frappait les portes en chantant un autre rythme qui disait :


ARFA ARFA MBARKA MIMOUNA

SAMHOU ACH GALT HDIYA MOULAT ADDAR

AATOUNA ARFA OU NAATIKOUM ARFA

HAD ADDAR DAR ALLAH

OULFOUKRA AABID ALLAH

IHAMMARHA YA RABBI BJJAHAK YA RASSOUL ALLAH

SIFTOUNA YA DAR ALKHEIR BINA NAMCHIW



ALLAH IKHALLI LIKOUM MA AAZ AALIKOUM

Alors sur ce chant nous recueillons des offrandes, notamment du sucre, de l’argent et parfois soit des petits gâteaux ou des fruits secs et en retour on offrait une poignée de notre mélange magique pour le faire avaler au mouton le matin de l’Aid Al Adha dit Aid Lakbir tout en lui faisant boire beaucoup d’eau afin de faciliter l’opération du sacrifice. Une fois notre mission terminée on se partage le butin de notre tournée pour que chacun rapporte sa part en toute fierté à ses parents en guise de participation à cet événement mémorable qui est Aid Al Adha.

Je m’excuse de ne pouvoir pas incorporer un reportage photographique
Car à cette époque je ne disposais pas d’appareil photo
Seul feu Si Ali Lafram le photographe en disposait
D’un appareil de l’antiquité qui fonctionnait à l’eau.



_________________
avec mes amités Ibrahim
avatar
Ibrahim

Messages : 482
Date d'inscription : 12/01/2011
Age : 72
Localisation : Casablanca

http://taghart-souirah.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos traditions se font de plus en plus rares

Message  Oum le Jeu 24 Mar - 13:47

Les privations de l'adolescence est une chose, celles de la petites enfance en est une autre, et ceux qui ont vécu les deux portent à jamais des béquilles dans leurs âmes.


« Toutefois nous devons bien se mettre à la place de nos parents
pour mieux juger cet amour aussi affectueux que chaleureux qui nous réservaient
loin de toute rancune ni partie pris. »



« … et que la façon dont il nous a élevées n’était que
l’expression de son amour et de son désir de nous protéger des aléas de
« dehors ». Et pour ça et bien
d’autres particularités, je l’ai aimé et l’aimerais jusqu’à mon dernier
souffle.»

Oum

Messages : 295
Date d'inscription : 28/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos traditions se font de plus en plus rares

Message  Ibrahim le Jeu 24 Mar - 10:36



Salut à tous


Bonjour Oum

Je pense que le but que nous cherchons tous c’est cette spontanéité qui sorte du fond de nos cœurs pour la partager ensemble dans ce forum qui est bien le notre. Oui c’est vrai que la vie que menaient les filles à notre époque était stricte par rapport aux garçons ce qui est d’ailleurs injuste, mais les traditions exigeaient ce retrait qui est du , comme tu l’as signalée à ce mode de vie paysanne et parfois par ignorance de la réalité toute entière, car priver un adolescent ou un enfant de cette liberté c’est le pousser à dépasser parfois les limites de cette liberté dont il ne jouissait pas. Toutefois nous devons bien se mettre à la place de nos parents pour mieux juger cet amour aussi affectueux que chaleureux qui nous réservaient loin de toute rancune ni partie pris.





Dernière édition par Ibrahim le Jeu 24 Mar - 14:25, édité 1 fois

_________________
avec mes amités Ibrahim
avatar
Ibrahim

Messages : 482
Date d'inscription : 12/01/2011
Age : 72
Localisation : Casablanca

http://taghart-souirah.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos traditions se font de plus en plus rares

Message  Oum le Mer 23 Mar - 19:17

Cher Ibrahim,


Après lecture de votre dernier message,
j’ai bien peur que le mien n’a pas bien porté : il n’avait de visée que de
mettre en relief la singularité d’une traditionqui découle d’une autorité
paternel, et non pas pour marquer une différence, moindre ou meilleure
soit-elle. Je crois que le sujet arbana a réveillé une petite frustration bien
enfouie dans le subconscient d’une enfance lointaine, et je me rends compte que
ma spontanéité naturelle a pris le pas sur le fait que peu de gens connaissent la
façon dont nous avions vécu notre prime enfance, mes 5 sœur, moi-même et
l’unique frère qui est le dernier de cette petite tribu. Nous vivions en comité
fermé et ne sortions que le vendredi pour aller à Taghart avec une tante
paternelle qui était toujours là pour ‘’chaperonner la jeune maman’’ et les
petites filles que nous étions. Et quand il arrivait à ma tante d’avoir un
empêchement, notre sortie était reportée au vendredi suivant. Pareil pour le
jour du hammam. Ma mère n’avait pas le droit d’ouvrir la porte et encore moins celui de parler aux voisines, et
à part nos oncles, aucun homme ne franchissait le seuil.
Pour en revenir au
sujet, si je ne me rappelle pas mon arbana, je me souviens très bien de celles de mes deux
petites sœurs et de mon frère qui se sont déroulées comme décrites précédemment.
Quand à ‘’l’âge avancé’’ où j’ai découvert la vraie arbana (et plein d’autres choses d’ailleurs), c’est quand
j’ai eu l’âge et la chance d’être scolarisée car mes 2 grandes sœurs ne l’ont
jamais été.


Vous comprendrez après ce petit
aperçu pourquoi j’ai des lacunes en certaines matières dans l’enfance, entre
autres celle du voisinage en famille dans nos ruelles…par contre, je me suis
bien rattrapée une fois adulte, et ce en plusieurs matières !


Oum

Oum

Messages : 295
Date d'inscription : 28/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Quoubaa la légende d'Essaouira

Message  Ibrahim le Mer 23 Mar - 17:13



La fameuse Quoubaa la légende d’Essaouira



QUOUBAA

QUOBAA AHAH ! MRIBAA AHAH ! EL HAM JDID AHAH !


OUMA YDBAH AHAH ! OUMA YSLAKHAHAH ! HTTA YJI AHAH !

MOULAY ALI AHAH ! DAHBANI AHAH ! SIDI KABOUSS AHAH !

GAD NAMOUSS AHAH ! LALLA AICHA AHAH ! DARTE KHOBZA AHAH !

MANYAKOLHA AHAH ! AYAD EL KHIR AHAH !

SARO F LLIL AHAH ! ATITO YCHRB AHAH !

CHRB LAALGA AHAH ! GAD EL FALKA AHAH ! BACH IDAOUI AHAH !

ARG JAOUI AHAH ! FINE JAOUI AHAH !

AND LAATTAR AHAH ! FINE LATTAR AHAH !

SAKN LOUTAR AHAH ! MOULATE DDAR AHAH !

ATINI CHI AHAH
! WLA NAMCHI AHAH !

A LA KARCHI AHAH ! KIF ELHENCHI AHAH !

RABBI ICHFIAHAH!!!

A MAYMOUNA HAOOU
! HAOOU

FOUG ZAYTOUNA HAOOU
! HAOOU

HAD DDAR
DAR ALLAH!

OUL FOUKRA
ABID ALLAH !

AMMARHAA YA RAABI BIJAHKYA RASSOULA ALLAH

SIFTOUNA YA DAR EL KHEIR
BINA NAMCHIW !

ALLAH IKHLLI LIKOUMMAÂZ ALIKOUM !!!

_________________
avec mes amités Ibrahim
avatar
Ibrahim

Messages : 482
Date d'inscription : 12/01/2011
Age : 72
Localisation : Casablanca

http://taghart-souirah.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

réponse à Oum

Message  Ibrahim le Mer 23 Mar - 16:11

Salut à tous

Bonsoir Oum

Je pense que c’est de notre devoir d’éveiller nos culture et nos tradition de père en fils afin de les préserver et pour que la transmission continue et que notre chaine reste intacte et ne soit jamais rompue avec le passé plein de bonheur.
Pour ce qui est des fillettes qui portaient le bébé, elles doivent avoir entre 6 ans et 10 ans maximum et le charme dans tout cela c’est qu’à notre époque les voisins et amis ne ressemblent pas à ceux de 2011, car on vivait comme une famille dans nos ruelles. Toutes les maisons sont ouvertes pour les petits et petites sans difference d'apparenté et avec sérinité et bonté nous étions acceillis .


Dernière édition par Ibrahim le Mer 23 Mar - 17:20, édité 1 fois

_________________
avec mes amités Ibrahim
avatar
Ibrahim

Messages : 482
Date d'inscription : 12/01/2011
Age : 72
Localisation : Casablanca

http://taghart-souirah.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos traditions se font de plus en plus rares

Message  Oum le Mer 23 Mar - 10:04

Arbana, quel beau voyage dans les dédales de
la mémoire !


Comme Si
Ibrahim nous invite à mentionner des particularités, je dirai que notre arabana
au foyer parental l’était à bien des égards. D’abord, il nous était interdit de
faire la tournée du porte-à-porte pour la collecte, et ni les voisins ni leurs
enfants n’étaient invités chez nous, et à part l’offrande faite à la mosquée du
coin, il n’y avait que les membres proches de la famille (tantes, cousines et
petits garçons cousins) qui étaient tolérés par l’autorité paternelle pour
assister à la cérémonie décrite par Si Brahim. Le ‘’gourmet’’ était particulier
aussi : il était composé de noix, amendes, dates, raisin secs,
pois-chiches secs, cacahuètes, le tout agrémenté de bonbons et des inévitables œufs durs, car,
comme Si Ibrahim le sait, mon père était Kachach, c'est-à-dire marchands de
fruits secs. Et jusqu’à un âge avancé, ma mère et nous, avons toujours pensé
que c’était pareil dans toutes les familles puisqu’il nous était aussi interdit
d’aller chez les voisins – ni chez personne d’ailleurs – à part chez nos oncles
et tantes qui vivaient de la même manière que nous.


Mais si notre arbana souligne la sévérité paternelle, il n’en demeure
pas moins que mon père était un homme bon et très généreux, aussi bien avec
nous qu’envers les autres, et que la façon dont il nous a élevées n’était que
l’expression de son amour et de son désir de nous protéger des aléas de
« dehors ». Et pour ça et bien
d’autres particularités, je l’ai aimé et l’aimerais jusqu’à mon dernier
souffle. Allah Irahmou !!!

Merci, Si Ibrahim, de nous faire faire ce voyage dans le temps de
notre enfance

Oum

Messages : 295
Date d'inscription : 28/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Arbana en photo أربنا بآلصور

Message  Ibrahim le Mer 23 Mar - 6:35

En tant que grand père et pour que nos traditions ne se dissipent dans l’usure du temps, j’ai insisté à faire revivre cette tradition qui commence à devenir rare à notre époque et aussi pour éduquer nos enfants à suivre leurs ancêtres en faisant un grand plaisir aux enfants. Je pense qu’il faut revenir un peu en arrière et faire revivre les générations futurs un bonheur aussi doux et merveilleux que cette innocence qui jaillit de ces petits visages autour d’une table de fête «d’Arbana »
je vous laisse avec ce petit reportage photographique
de la dite "Arbana"










_________________
avec mes amités Ibrahim
avatar
Ibrahim

Messages : 482
Date d'inscription : 12/01/2011
Age : 72
Localisation : Casablanca

http://taghart-souirah.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Nos traditions se font de plus en plus rares

Message  Ibrahim le Mar 22 Mar - 16:30


Arbana أربنا



Parmi les traditions qui se font de plus en plus rares en notre Mogador, c’est « Arbana » cette petite fête qu’on organisait pour les petits enfants à qui la poussée des dents commence à se faire sentir. la tradition veut à ce que des petites fillettes transportant le petit sur le dos en faisant une tournée dans la rue chez les voisins afin de récolter des offrandes chez des maisons visitées en frappant sur la porte tout en chantant


أربنا يا ربان
أشيخ بلا سنان
أ عويد فوق أعويد
آلله يعطيك ؤليد
بطاطا فوق بطاطا
ألله يعطيك بنية خياطة


Ceci dit les femmes des foyers donnaient aux petites fillettes leurs offrandes qui se composaient de sucre, d’œufs, de féculents (po chiche, maïs, fèves, blé concassé et lentilles) et argent parfois. Une fois la tournée terminée avec un couffin bien remplie d’offrandes, la maman du bébé prépare tous ces ingrédients dans une grande marmite et une fois bien cuits en on place ce gourmet dans des plats bien décorés en ajoutant des bombons et tout genre de confisserie tout en réservant toujours le plus grand aux petits des écoles coraniques pour s’offrir une grande « Fatiha » de la bouche des innocents.

Pour les petits invités à la maison, c’est un autre scénario d’abord en dépose le petit en question sur une table bien arrangée et décorée et on verse sur sa tête un peu du continu du gourmet tout en mettent une bague d’argent dans la bouche du petit entre les deux gencives et on fait un petit qui a les plus belles dents pour couper un œuf cuit au dessus de la tête du bébé.

C’était la un petit aperçu de cette petite fête d’Arbana comme je l’avais vécu à Mogador, il se peut que d’autres amis ont vécu pareils ou avec quelques petites différences.
A vos claviers les amis pour nous décrire un peu plus sur les traditions de Mogador



_________________
avec mes amités Ibrahim
avatar
Ibrahim

Messages : 482
Date d'inscription : 12/01/2011
Age : 72
Localisation : Casablanca

http://taghart-souirah.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos traditions se font de plus en plus rares

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum