Essaouira : l’USFP à l’heure de la révision constitutionnelle : Une nouvelle génération de réformes profondes s’impose

Aller en bas

Essaouira : l’USFP à l’heure de la révision constitutionnelle : Une nouvelle génération de réformes profondes s’impose  Empty Essaouira : l’USFP à l’heure de la révision constitutionnelle : Une nouvelle génération de réformes profondes s’impose

Message  Oum le Mer 6 Avr - 13:02

L’USFP
poursuit sa campagne à travers les villes et régions du Maroc afin d’expliquer
son point de vue sur le changement et les réformes constitutionnelles. Dans
cette optique d’approfondir le débat, plusieurs membres du Bureau politique et
ministres socialistes sillonnent le pays pour se mettre à l’écoute des citoyens
et exposer la conception socialiste du changement. A Essaouira, une rencontre
dans ce sens a été organisée par le Secrétariat provincial de l’USFP.
Le débat s’est articulé autour de la nécessité d’adhérer à ce chantier de
réformes et de révision constitutionnelle afin de réussir les défis de la bonne
gouvernance régionale. La plupart des interventions ont insisté sur la
participation de la jeunesse dans ce processus pour préparer la voie vers
l’activation de la régionalisation avancée qui engendrerait une véritable
relance économique et sociale. Les intervenants ont également insisté sur le
rôle du parti des forces populaires dans les réformes qu’a connues notre pays.
Dans ce sens, Abdelhadi Khairat ne mâche pas ses mots et va droit au but : « Il
faut instaurer une monarchie qui évolue avec nous et par nous », a-t-il estimé.
Il a, par ailleurs, mis en exergue la nécessité de l’honnêteté de l’opération
électorale, le rôle des partis et les prérogatives de l’Exécutif. Le membre du
Bureau politique a réitéré l’adhésion de l’USFP à la nouvelle dynamique dans
laquelle le pays s’est engagé. Celle du changement. Il a indiqué que l’USFP ne
se laissera jamais traîner vers le populisme ou la surenchère. Ce qui est
intéressant pour les socialistes ce n’est pas l’article 19 en lui même mais le
contenu et le fond de la révision constitutionnelle. Concernant le Mouvement
des jeunes du 20 février, le membre du Bureau politique a précisé que ses
revendications vont de pair avec les convictions et les requêtes historiques du
parti de la Rose.
Pour sa part, Ahmed Chami, membre du Conseil national de l’USFP et ministre de
l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies a mis l’accent sur la
nécessité de combattre les ennemis du processus des réformes. Il a affirmé
qu’une consolidation d’une bonne gouvernance politique et économique passe
inéluctablement par l’encouragement de la régionalisation. Il a également
précisé qu’en parallèle des réformes constitutionnelles, il est impératif
d’accélérer le rythme de la dynamique économique et de couper court avec
l’économie de rente. Il a appelé à lutter contre le fléau de la corruption
politique et économique et à combattre ceux qui bénéficient de la situation de
non-démocratie.
Quant à Mohamed Amer, membre du Conseil national du parti, il a réclamé une
véritable révolution au sein de l’USFP pour accompagner le nouveau processus de
réformes en adoptant la méthodologie de la transparence et de la
responsabilité. L’intervention de Mohamed Amer avait l’allure d’une
autocritique objective réclamant une bonne gouvernance organisationnelle au sein
du parti. Lors de son intervention, Habib El Malki, membre du Bureau
politique a de sa part, indiqué que le Maroc est à la veille d’un profond
bouleversement. Pour lui, il faut mettre fin à la rente politique. Et
d’ajouter que le Maroc a besoin d’une nouvelle génération de réformes profondes
et globales. Selon Habib El Malki, le Maroc ne peut rater ce rendez-vous avec
l’Histoire. Il a estimé qu’il est impératif de réhabiliter les classes
populaires et moyennes et d’opérer un équilibre entre le milieu rural et
urbain. Abdelali Doumou, membre du Conseil national du parti, a estimé qu’il
faut instaurer un scrutin direct pour élire les parlements régionaux. Il a
prôné un équilibre entre les différents pouvoirs et une indépendance de la Justice. Il a condamné
l’actuel système qui gère les régions.


Mercredi 6 Avril 2011


Kamal Mountassir, libe.ma

Oum

Messages : 295
Date d'inscription : 28/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum