RADIO CASA MFM

VISITES


 

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 17 le Jeu 15 Mar - 16:39
C I T A T I O N S
Statistiques
Nous avons 88 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Abdellatif

Nos membres ont posté un total de 1584 messages dans 509 sujets

Journaux du Maroc
صحف مغربية باللغة العربية

 

Presse Marocaine en Français
Septembre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      

Calendrier Calendrier


Les jeux d'enfants entre hier et aujourd'hui

Aller en bas

Les jeux d'enfants entre hier et aujourd'hui Empty Les jeux d'enfants entre hier et aujourd'hui

Message  Oum le Dim 24 Avr - 15:21

La
marelle, les osselets, les billes, l'élastique, le saut à la corde,…sont
remplacés par les consoles de jeux. Seuls le foot de rue et «cache-cache» ont
survécu.


Bien
loin le temps où tous les enfants du voisinage sortaient pour jouer dans le
quartier pendant les weekends et les vacances. Ces périodes étaient marquées
par l'engouement des petits de 5 à 14 ans des deux sexes, qui s'adonnaient à
divers jeux, aujourd'hui jetés aux oubliettes. «Je ne vois plus les filles jouer
aux osselets et l'élastique comme à notre époque, quand je les aperçois dans le
quartier, elles sont plus en train de traîner que de jouer», signale Houda, 32
ans. «Heureusement qu'à l'école, ils les incitent encore à pratiquer quelques
jeux collectifs, comme la fameuse marelle. Sinon, j'aurais été vraiment déçue»,
ajoute-t-elle. «On joue à la marelle à l'école, mais je n'aime pas beaucoup, je
préfère jouer avec mes copines à «Tape-Tape les mains» ou «la Police et les voleurs»,
c'est plus amusant», affirme Nisrine sa fille, 5 ans. «Quand je ne vais pas à
l'école, je reste à la maison pour regarder les DVD», ajoute-t-elle. Nisrine
n'est pas un cas unique, le problème avec beaucoup d'enfants, c'est qu'ils
préfèrent rester chez eux regarder la télévision, jouer à la PlayStation, ou passer
leur temps devant l'ordinateur.
Ce qui n'est pas du tout bénéfique pour eux, «l'addiction aux jeux sur écran
provoque des conséquences nocives sur la santé physique des enfants. Beaucoup
d'entre eux, souffrent de troubles alimentaires, qui varient entre anorexie ou
obésité selon les cas», explique Khalid Amar, pédiatre. Et d'ajouter «l'obésité
en particulier peut causer, à long terme, des problèmes cardio-vasculaires, du
diabète et même de l'hypertension». L'obésité pointée du doigt par le médecin
est la principale conséquence remarquée chez les enfants accros aux jeux vidéo,
vu que ceux-ci, ont tendance à habituer les enfants à la sédentarité. «Dans
certains pays, l'addiction aux jeux est considérée dangereuse, autant que les
drogues et l'alcool. Elle est prise en charge dans les mêmes centres», assure
Amar. Outre les problèmes physiques, ce qui inquiète davantage, et les parents
et les médecins, ce sont les effets psychologiques. En effet, la dépendance
totale à ce genre d'activité sédentaire, provoque tout un ensemble de
complications psychiques. «Je regrette le jour où j'ai acheté à mon fils, une
PlayStation. Je ne le reconnais plus, c'était un enfant plein d'énergie et de
vivacité, très bon élève et surtout calme. Mais depuis qu'il est «fan» des jeux
vidéos, il a complètement changé», raconte tristement Karim 45 ans.
«Marouane est devenu un «petit monstre» de 10 ans, turbulent à la maison,
violent avec ses petits copains de l'école, ses notes ont baissé considérablement
et il ne quitte plus sa chambre, les yeux rivés sur l'écran de la Play», ajoute-t-il.
«L'utilisation sans contrôle parental des jeux vidéo, a pour résultat,
d'apprendre aux enfants la violence et l'agressivité, elle apprend aussi
l'égoïsme», atteste Fatima El Kettani, psychologue, spécialiste des problèmes
familiaux. «Les enfants des anciennes générations ne souffraient pas des maux
d'aujourd'hui, les jeux qu'ils exerçaient leur apprenaient le partage et la
compréhension.
Ils sont devenus des adultes, pour la plupart, en bonne santé physique et
psychique», ajoute-t-elle. Et elle n'est pas la seule à le penser, Bouchaïb
Karroumi, pédopsychiatre, va encore plus loin, «les enfants marocains, comme
les autres du monde entier, s'adonnent de plus en plus aux jeux sur écran,
c'est une tendance qui prend de l'ampleur partout. Les conséquences ce qui rend
des enfants irritables, au comportement agressif, et réactions colériques.
Ce type de jeux porte préjudice à la santé des enfants qui les exercent avec
dépendance», certifie-t-il.
Mais pour les spécialistes, ceci n'est pas la faute aux enfants, mais celle des
parents, «le rôle des parents est essentiel dans ce genre de cas, ils doivent
contrôler la qualité et la durée des jeux et des émissions de télévision que
leurs enfants regardent. Les parents ne doivent pas négliger que leur
progéniture n'est pas assez mature pour décider elle-même. Ils doivent
s'impliquer davantage dans les activités de leurs enfants», assure Karroumi.
«Les parents n'accordent plus assez de temps à leurs enfants, ils préfèrent les
laisser devant les écrans de télévision ou d'ordinateur tout le temps, pourvu
qu'ils ne les dérangent pas», indique El Kettani. Effectivement, les
enfants sont les victimes des changements que connait la société. Entre
mondialisation et facilité d'information, et les parents qui sont devenus de
moins en moins présents.
Les enfants se retrouvent la majorité du temps seuls ou en compagnie des
domestiques, donc, ils se rabattent sur les jeux et la télévision, «les enfants
sont en manque de leurs parents, ces derniers n'ont plus assez de temps à leur
accorder. Les femmes sont submergées par le travail, les familles sont moins
présentes dans l'éducation des enfants, les voisins, on ne les connaît presque
plus, il est normal que l'enfant passe son temps devant le jeu ou l'écran de
l'ordinateur», estime El Kettani.
Pour Kerroumi, tout n'est pas blanc ou noir, «il ne faut pas nier, qu'il existe
des jeux éducatifs, qui stimulent l'imagination et la créativité des enfants.
Comme il existe des émissions de télévision qui aident à leur bonne éducation.
Le secret est de savoir choisir, chose que les enfants ne peuvent pas faire,
d'où l'importance d'un contrôle parental continu», dit-il. Et d'ajouter «la
durée d'exposition de l'enfant face à l'écran, est un point non négligeable,
concernant les répercussions psychologiques. Plus l'enfant est addict aux jeux,
plus les effets peuvent être catastrophiques puisque cette addiction peut se
répercuter sur son équilibre physique, psychique et scolaire».
Les spécialistes s'accordent sur le fait de privilégier les jeux collectifs
pour parer aux conséquences nuisibles des jeux vidéo. «Il faut que les parents
sensibilisent leurs enfants aux incidences des jeux, mais surtout, il faut qu'ils
les encouragent à favoriser les activités ludiques, sportives, artistiques,…
bref les activités «plein air» et collectives. Ce type d'occupation a pour
avantages de développer, non seulement, les capacités psychomotrices de
l'enfant, mais aussi ses aptitudes de socialisation et de relationnel», déclare
Karroumi.
«Il convient de revenir un peu aux sources, les parents doivent inciter leur
progéniture à se sociabiliser et partager, pour cela les jeux constituent le
meilleur apprentissage. Il suffit d'en choisir les bons», signale El Kettani.


Adieu les jeux de
famille



Monopoly,
scrabble, jeux de carte,… ne sont plus à la mode, aujourd'hui, chacun son
passe-temps: les pères aux cafés, les mères au shopping et les enfants, entre
consoles de jeux, ordinateurs et copains. Et même lorsque les parents
souhaitent passer du temps avec leurs adolescents, ces derniers ont toujours
une excuse pour se dérober.
«Lorsque j'étais adolescent, toute la famille se réunissait le week-end autour
d'un jeu de société, soit monopoly, soit scrabble. Je me souviens très bien des
grandes discussions et des rires», confie joyeusement Abderrahman, 52 ans.
«Malheureusement, je n'ai pas réussi à reprendre la même habitude avec mes
enfants, ils trouvent ce genre de jeux «dépassés». Ils me répètent que ce sont
des activités pour vieux et étant jeunes, ils préfèrent s'amuser entre eux»,
ajoute-t-il.
«Ma fille de 14 ans trouve le scrabble très compliqué, elle est habituée aux
jeux d'ordinateur, qui ne demandent pas beaucoup d'efforts et de concentration.
Du coup on se retrouve, l'une dans le salon, l'autre dans sa chambre. On ne
fait rien ensemble et ça m'attriste beaucoup», déclare Najat, 40 ans.


Des dessins animés pas très appropriés
Le temps de l'innocence a disparu, outre les nouveaux jeux préférés des
enfants, les dessins animés qu'ils suivent à la télévision ou sur les DVD
qu'ils achètent, ne leur sont pas tous bénéfiques, entre irréalité, agressivité
et malice, les enfants sont perdus. «Mes fils de sept et dix ans adorent «Tom
et Jerry», et je dois avouer que je préfère qu'ils regardent ça plutôt que
certains «Mangas», comme les fameux «Pokémon» et «Digimon»», confie Houria 40
ans. En effet, l'inconvénient de ce type de dessins animés, est de faire vivre
les enfants dans le virtuel. Beaucoup d'études occidentales, ont prouvé que
l'addiction des enfants à certains dessins animés, leur fait perdre le sens de
la réalité.
«Mon beau-frère avait offert à mon fils un casque-virtuel, qu'il avait acheté
spécialement pour lui à l'occasion de sa réussite, il y'a deux ans.
Malheureusement, on a découvert que c'était un cadeau empoisonné. Mon fils ne
faisait plus la différence entre les personnages qu'il passait son temps à
regarder et son vrai entourage», annonce tristement Mohamed 50 ans. Les dessins
animés sont devenus aussi très agressifs et relatent une réalité sombre du
monde, «tous les dessins animés que mes frères regardent traitent de la guerre,
du terrorisme et de la violence. On a l'impression de regarder les informations
du soir, pas des dessins animés pour enfants», assure Sanaa, 25 ans. Et
d'ajouter «sans parler de ceux qui vulgarisent la perversité, comme les «Winx»
et «Totally Spice», que les préadolescents suivent avec ferveur»,
ajoute-t-elle. Effectivement, ces dessins animés ne conviennent pas aux enfants
et encore moins à ceux de notre société. Vu que les histoires traitent des
sujets pas du tout appropriés pour leur âge.


Par
Hafsa Sakhi, LE MATIN

Oum

Messages : 295
Date d'inscription : 28/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum