RADIO CASA MFM

VISITES


 

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 17 le Jeu 15 Mar - 16:39
C I T A T I O N S
Statistiques
Nous avons 88 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Abdellatif

Nos membres ont posté un total de 1584 messages dans 509 sujets

Journaux du Maroc
صحف مغربية باللغة العربية

 

Presse Marocaine en Français
Janvier 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    

Calendrier Calendrier


Au Maroc, Mohammed VI prépare le changement(Le Figaro)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Au Maroc, Mohammed VI prépare le changement(Le Figaro)

Message  Mohamed Mabrouk le Mar 10 Mai - 13:11


Mohammed VI, le 30 avril, à Marrakesh. Crédits photo : ABDELHAK SENNA/AFP
Le souverain chérifien tente de répondre aux aspirations des jeunes qui continuent à manifester dans le pays.

De notre envoyé spécial à Rabat et Marrakech.


Ils tiennent d'interminables happenings dans des locaux prêtés par de petits partis politiques ou des organisations de défense des droits de l'homme. Apparus sur le devant de la scène au lendemain de la chute de Moubarak, à la suite d'un appel lancé sur Facebook, les marcheurs du «printemps marocain» ont pris l'habitude de défiler tous les mois.

Les jeunes du Mouvement du 20 février réclament des changements radicaux. Ils dénoncent les passe-droits, réclament le départ de membres de l'entourage de Mohammed VI qu'ils jugent corrompus, défendent la liberté d'expression et demandent, pour certains, un débat sur l'article 19 de la Constitution qui déclare le roi Amir al-Mouminine, c'est-à-dire Commandeur des croyants et affirme la sacralité de sa personne.

Dialogue difficile Le mouvement draine, lors de ses pics, plusieurs dizaines de milliers de personnes à travers le pays. Les manifestants qui sont encore descendus dans la rue dimanche ne sont pas assez nombreux pour faire une révolution, mais assez déterminés pour réveiller une partie de la société en quête de nouvelles libertés et de transformations sociales. Il y a dans cette sorte d'auberge espagnole qu'est le Mouvement du 20 février des déçus des partis politiques traditionnels, des «facebookistes» qui veulent briser les tabous sur le sexe ou la religion, des gauchistes et des partisans du cheikh Yassine, le vieux chef d'une secte islamiste, des gosses de riches et des enfants des classes moyennes occidentalisées. On les appelle parfois la «génération Danone», une marque symbolisant la mondialisation très présente sur les tables marocaines.

Le «dialogue» avec le régime est difficile. Le palais royal, qui détient le véritable pouvoir, ne réprime pas les contestataires. Les rassemblements sont autorisés et les coups de matraque plutôt rares. Rien à voir avec Alger. Le 9 mars, il lance une révolution tranquille. Mohammed VI montre qu'il est à l'écoute des revendications en annonçant des transformations institutionnelles avec, en filigrane, l'instauration d'une monarchie parlementaire. Il promet une réforme de la justice, un renforcement de la lutte contre la corruption.

«Le discours du 9 mars montre que ce roi n'est pas un raïs. Il a dans les gènes du sang démocratique. La violence n'est pas dans sa nature. Une part de lui veut préserver la grandeur de la monarchie et l'autre voit que ce n'est possible qu'en jouant l'ouverture», commente Mohammed Nabil Benabdallah, le patron du Parti du progrès et du socialisme (PPS), une formation qui participe au gouvernement. «Ce qui est remis en cause aujourd'hui, ce n'est pas les valeurs de la monarchie» poursuit cet ancien ministre. «On n'entend pas de “Mohammed VI dégage!” dans les manifestations ou de slogans contre sa ­famille.»

Si à l'intérieur du pays comme à l'étranger, beaucoup applaudissent la volonté de changement exprimée par Mohammed VI, la crise n'est pas, pour autant, dénouée. Le roi en fait trop, s'inquiètent en sourdine les milieux conservateurs qui craignent pour leur rente. Il n'en fait pas assez, se lamentent les réformateurs à tout crin. «Ce discours aurait eu un impact considérable s'il avait été prononcé au début du règne, mais là il arrive tard et apparaît comme une riposte tactique», assure un proche du prince Moulay Hicham, le cousin du roi, qui vit à l'étranger. Les jeunes, eux, maintiennent la pression.

«Mai 68 à la marocaine»
Sceptique, le Mouvement du 20 février refuse de participer aux auditions de la commission de réforme de la Constitution. «Les jeunes ne veulent pas être récupérés. Ils se méfient. On nous a toujours promis des changements mais ils ne sont pas venus ou alors ont conduit au pire», assure Iman, une jeune fille de 31 ans, professeur de français dans une école privée de Marrakech. Quelques militants acceptent cependant, à titre personnel, de s'exprimer devant leurs aînés. «Cela nous a permis de prendre le pouls de ce mouvement», explique Omar Azziman, membre de la commission de réforme de la Constitution et ex-ambassadeur du Maroc à Madrid. «Les jeunes ont remis le changement au goût du jour. Ils provoquent une onde de choc qui bouscule le pouvoir politique et les syndicats. Leurs revendications sont gérables. Leurs propos sur la corruption, la mauvaise gouvernance et la dilapidation des fonds publics sont justifiés », estime cet ancien ministre de la Justice. «Il ne faut pas toutefois s'imaginer que la nouvelle Constitution est une baguette magique qui va régler tous problèmes », prévient-il.

Omar Azziman et ses collègues vont remettre leur copie au roi en juin, puis un référendum va être organisé en juillet ou en septembre. Des élections législatives devraient suivre pour rebattre les cartes politiques et, peut-être, faire oublier celles de 2007 marquées par des achats de voix et une forte abstention. «Nous vivons un Mai 68 à la marocaine. Les jeunes font comme si rien n'avait existé avant eux. D'un autre côté, les pratiques politiques douteuses ont causé de telles cassures que nous ne sommes plus écoutés. Nous devons nous remettre en question», commente Mohammed Nabil Benabdallah, le secrétaire général du PPS, qui veut croire à une rénovation d'une classe politique à bout de souffle.
______________________________________________________________________________

Driss al-Yazami : «Transformer l'essai du printemps marocain»

Crédits photo : dr/dr


Ancien secrétaire général de la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH), Driss al-Yazami, 59 ans, fut membre de l'Instance équité et réconciliation (IER) qui a dressé en 2005, à la demande de Mohammed VI, le bilan des années de plomb du règne de Hassan II et a permis de réhabiliter et d'indemniser les victimes. Nommé président du nouveau Conseil national des droits de l'homme (CNDH), il commente le «printemps marocain».

LE FIGARO - En quoi consiste la mission du Conseil des droits de l'homme?

Driss AL-YAZAMI - J'ai été désigné le 3 mars, six jours avant le discours royal sur la réforme constitutionnelle, à la présidence du CNDH, une institution indépendante et pluraliste qui dispose de larges prérogatives. Le Conseil travaille sur la base des plaintes déposées par les citoyens marocains et peut s'autosaisir. Il a le pouvoir de diligenter des enquêtes, de convoquer des témoins, de faire des rapports et de vérifier l'exécution de ses recommandations. Il est en mesure d'anticiper sur des situations de tension qui pourraient aboutir à des violations des droits de l'homme et rend bien sûr tous les ans un rapport au roi et aux deux Chambres.

Quelles sont vos priorités?

Nous avons déjà soumis un mémorandum qui a abouti à une grâce pour 190 détenus, dont une majorité de prisonniers «salafistes», comme le cheikh Fizazi, un prédicateur islamiste de Tanger. Nous nous sommes autosaisis le 14 mars avec une enquête sur les événements de Khouribga, une ville ouvrière où ont éclaté des violences et des émeutes. Nous allons aussi visiter le centre de détention de Témara (une prison des services de sécurité où des islamistes auraient été torturés et dont le Mouvement du 20 février demande la fermeture, NDLR).

Y a-t-il un «printemps marocain»?

Il y a à la fois une spécificité marocaine et des traits communs à l'ensemble des pays arabes. Le Maroc a entamé son processus de réformes bien avant ce printemps. On peut en discuter le rythme et l'ampleur, mais il est incontestable. L'effervescence actuelle au Maroc est pacifique, avec un débat politique et social d'une rare intensité, qui mobi­lise toutes les couches sociales et qui concerne toutes les institutions. Il y a enfin au Maroc la capacité de l'État à dialoguer. Mais nous partageons avec les autres pays arabes à tout le moins trois points communs. Il y a en premier lieu la visibilité sociale de la jeunesse, qui révèle une réalité démographique : nous sommes au pic du baby-boom arabe, avec la nécessité de créer une vingtaine de millions d'emplois d'ici à 2020. On assiste en outre à l'affirmation publique des femmes et à l'émergence de l'individu. Derrière Facebook ou YouTube, ce sont des personnes autonomes qui s'expriment tout en découvrant la vie, l'amour, la politique. Le Maroc et tous les États de la région, mais aussi toutes les autres institutions (partis, syndicats, associations, parlements, etc.) sont interpellés par ces trois mutations.

Craignez-vous un retour à l'immobilisme après l'attentat de Marrakech ?

La menace terroriste ne peut être ignorée mais doit être relativisée. L'alchimie de la réforme exige des conditions, dont la volonté politique de l'État, des acteurs politiques et sociaux, une feuille de route, des ressources humaines et financières et, enfin, un contexte régional et international favorable à la réforme. Ce sont là des facteurs essentiels que je crois rassemblés aujourd'hui au Maroc, même si cela ne va pas se faire avec un claquement de doigts et que l'impatience sociale est im­mense.


_________________
M.Mabrouk
avatar
Mohamed Mabrouk
Admin

Messages : 153
Date d'inscription : 10/01/2011
Localisation : Essaouira

http://essaouira-scala.forummaroc.net

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum