RADIO CASA MFM

VISITES


 

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 17 le Jeu 15 Mar - 16:39
C I T A T I O N S
Statistiques
Nous avons 88 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Abdellatif

Nos membres ont posté un total de 1584 messages dans 509 sujets

Journaux du Maroc
صحف مغربية باللغة العربية

 

Presse Marocaine en Français
Juillet 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier


La pratique juive de la musique Andalouse

Aller en bas

Re: La pratique juive de la musique Andalouse

Message  Oum le Mer 1 Juin - 15:54

‘’Les juifs venus d’Espagne avaient adopté la musique andalouse à laquelle ils adaptaient parfois des textes en hébreu, rappelant des thèmes arabes. Davis Hassine, originaire de Meknès, grand poète du 17e siècle, se dévouait à cette adaptation et composait lui-même ses poèmes.
De Tanger à Agadir comme dans les cités de l’intérieur, ces poèmes étaient hautement mis en valeur dans les célébrations des fêtes religieuses, les circoncisions, les mariages et autres cérémonies.
Les juifs ont toujours continué à servir la cause de la musique andalouse en utilisant soit l’arabe classique ou le dialecte andalous, soit en lui adaptant les cantiques en hébreu : les Piutîms. Les Piutîms. Etaient dans les synagogues l’équivalent du Samaâ, chants que les musulmans psalmodient en l’honneur du Prophète. Comme le Samaâ, le
Piutîms ne sont accompagnés d’aucun instrument de musique. La fidélité des juifs
marocains à la musique andalouse a été totale. Elle avait donné d’excellents musiciens parmi lesquels : El Maleh de Mogador, Salomon Ouananou de Marrakech, Joseph Banon de Casablanca, et bien sûr, Salomon Amzallag (El Maghribi) dont les compositions atteignent les hauts niveaux de la musique andalouse. L’une des plus grandes figures de cette musique restera le chekh David Ifrah, le chantre maître de chant à la synagogue de Mogador. Il y a également Nassim Nakal de Fès et son successeur le plus célèbre de tous, Rabbi David Bouzaglou.’’
Nina Banon auteur du livre « Morocco, A Guide And History

Oum

Messages : 295
Date d'inscription : 28/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

La pratique juive de la musique Andalouse

Message  Oum le Mar 31 Mai - 15:50

‘’La culture juive marocaine plonge ses racines dans le plus profond et la plus authentique des réalités nationales marocaines.
Les juifs ont été en Espagne comme au Maroc, de fervents adeptes de la musique andalouse ; on se rappelle que Ziryab avait été accueilli et accompagné en Andalousie par le célèbre Mansour El Yahoudi, alors premier musicien de la cour de Cordoue.
On peut citer une pléiade d’artistes juifs chanteurs et chanteuses : Joseph Banon célèbre à Casablanca dans les années trente, David Izouglam, mort en 1975, David Iflah le chantre et le chef de la communauté juive d’Essaouira, l’amâlem Ayyouch qui
était très sollicité par les amateurs de la muqiue Gharnatie à rabat, Cheikh Lili l’Abbassi, Chikha Zahra l’Fassya et le célèbre Sami Al Maghribi qui a su développer le genre Hawzi.
Enfin, les Piutîms des juifs marocains font généralement un choix libre et variés des mélodies andalouses de manière à obtenir une suite bien ordonnée, obéissant au principe de l’accélération progressive. Cette suite est appelée Triq (chemin).’’
Extrait du livre ‘’Musiques du Maroc’’ de Ahmed Aydoun

Oum

Messages : 295
Date d'inscription : 28/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum