RADIO CASA MFM

VISITES


 

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 17 le Jeu 15 Mar - 16:39
C I T A T I O N S
Statistiques
Nous avons 88 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Abdellatif

Nos membres ont posté un total de 1584 messages dans 509 sujets

Journaux du Maroc
صحف مغربية باللغة العربية

 

Presse Marocaine en Français
Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

Calendrier Calendrier


Des bijoux et des tapis .

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Des bijoux et des tapis .

Message  My Ahmed Jebli le Sam 13 Aoû - 6:10

Des bijoux et des tapis Essabi Abdel Hafid et Radouane Khalfi présentent leur artisanat local. Les deux artisans exposent leurs créations sur le cour des Dames.La balance sur le coin de la table, Essabi est attentif aux passants qui se baladent. Certains s'arrêtent, curieux de connaître le processus de confection de ces bijoux, garantis en argent. Bijoutier et entrepreneur, le Marocain perpétue la tradition et le savoir-faire transmis par son grand-père depuis plusieurs générations. Essabi Abdel Hafid est venu d'Essaouira, accompagné de son ami Radouane Khalfi, vendeur de tapis. Les deux acolytes profitent du jumelage entre les villes de La Rochelle et d'Essaouira pour exposer leurs créations. L'art du maâlem « Le prix de l'argent a beaucoup augmenté et exige un travail minutieux », raconte le bijoutier. Gérant d'une coopérative de bijoux à Essaouira, Essabi étend son commerce à Tiznit, au sud du Maroc dans l'Anti-Atlas. « Je crée différents modèles et j'essaie de mêler plusieurs techniques », explique l'artisan, soucieux de diversifier ses parures. Adolescent, Essabi suit son grand-père dans son atelier à Essaouira, qui lui enseigne la profession. « Les premiers mois je n'avais pas le droit de toucher aux instruments, se souvient le bijoutier, ce n'est qu'après quatre ou cinq ans que j'ai commencé à confectionner mes propres bijoux. » Les outils, il se les est procurés au cours de son apprentissage avec le maâlem, « le grand maître ». « Il nous enseigne le savoir-faire traditionnel, explique Radaoune, qui s'est spécialisé dans l'art du tissage, ce n'est qu'après que l'on envisage de travailler avec un équipement moderne. » Les accessoires du bijoutier sont minutieusement rangés dans une malette, qu'Essabi n'hésite pas à ouvrir, enthousiaste à l'idée de présenter son artisanat. « J'envisage de mettre en place une coopérative de la bijouterie en France », confie-t-il. Équipé de deux chalumeaux, de pinces et de cisailles en tout genre, Essabi vient d'investir dans une scie à chantourner, une nouvelle pièce qu'il ajoute à sa collection. R. B. La Rochelle · Charente-Maritime
avatar
My Ahmed Jebli

Messages : 244
Date d'inscription : 11/01/2011
Age : 56
Localisation : essaouira

http://www.rosa-immobilier.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum