Les richesses minières"le Mondediplomatique.aoùt 1959.

Aller en bas

Les richesses minières"le Mondediplomatique.aoùt 1959. Empty Les richesses minières"le Mondediplomatique.aoùt 1959.

Message  My Ahmed Jebli le Mar 4 Oct - 16:21

Regards sur l’économie marocaine

Les richesses minières


août 1959

Activité des mines au cours des cinq premiers mois de 1959


A) Production. — Au cours des cinq premiers mois de l’année les principales productions minières du Maroc se sont élevées aux quantités suivantes en 1958 et 1959 :

Les richesses minières"le Mondediplomatique.aoùt 1959. Image-4700-3fb22-2068e

Autres productions minières. — Le premier chiffre indique le tonnage de 1958, le deuxième celui de 1959, pour la même période des cinq premiers mois de l’année : manganèse chimique : : 15 300, 37 000 ; oxyde de fer : 1010, : 950 ; pyrite de fer : 7070, 8 560 ; minerai de cuivre : 1400, 1735 ; antimoine : 248, 218 ; minerai d’étain : 6, 5 ; sel : 6,500, 1 500 ; barytine : 15 800, 5 5 900 ; argiles smectiques : 8 200, 4 800 ; ghassoul : 1 500, 1 000.

B) Ventes sur le marché intérieur. – Pendant les cinq premiers mois de 1959 les tonnages suivants de produits miniers ont été vendus au Maroc : anthracite : minerai, 71200 tonnes ; agglomérés, 3 100 ; gas-oil, 16 100 mètres cubes ; fuel-oil, 8 560 tonnes ; butane, 4 500 tonnes ; phosphates : 31 700 tonnes dont 30 555 fournies par les centre de Khouribga ; minerais métalliques et métaux : oxyde de fer : 94 tonnes ; pyrite de fer, 8 560 tonnes ; plomb doux, 18 tonnes ; argent, 991 kilos ; substances diverses : barytine, 1475 tonnes ; sel, 10 500 tonnes ; ghassoul, 464 ; argiles smectiques, 522 ; hydrocarbures : essence, 35 300 mètres cubes ; pétrole lampant, 6 400 mètres cubes.

Les activités de la Société chérifienne des pétroles


On relève les indications suivantes dans le rapport présenté par le conseil de la S.C.P. à l’assemblée ordinaire du 12 juin 1959 :

Tendances de 1958. — L’année 1958 s’est caractérisée essentiellement par la confirmation des conclusions encourageantes tirées en 1957 des travaux poursuivis dans le Rharb-Prérif et dans le Sud-Ouest ainsi que par l’augmentation très sensible des traitements en raffinerie, grâce à l’importation de charges complémentaires.

Evolution du domaine minier. — Dans les secteurs du Rharb-Prérif, de la Moulouya et du Sous (Agadir) la S.C.P. n’a pas sollicité le renouvellement de certains permis périphériques où la recherche ne présentait pas un intérêt immédiat. Par contre soixante et un nouveaux permis de recherches ont été obtenus dans la région d’Essaouira et, dans ce même secteur, une demande couvrant 2 463 kilomètres carrés a été déposée.

Travaux de géologie et de géophysique. — Les travaux géologiques de surface ont été concentrés dans le Sud-Ouest et consacrés principalement à la poursuite des études structurales de la région comprise entre Essaouira et Imi-N’Tanout. L’activité géophysique sur le terrain a été limitée à l’emploi d’une seule équipe de « sismique-réflexion » de la Compagnie générale de géophysique. Après avoir terminé l’étude de détail de la région de Haricha cette équipe a été déplacée dans le Sud-Ouest marocain, dans la région d’Essaouira, où aucun travail de géophysique n’avait encore été entrepris jusqu’alors.

La recherche. — Plusieurs résultats : encourageants ont été enregistrés au cours de l’année 1958 aussi bien dans le périmètre du Rharb-Prérif que dans le domaine du Sud-Ouest marocain. En effet le programme de développement du gisement de Haricha a permis de doubler l’aire productrice de ce champ sans que la limite nord ait été atteinte. D’autre part, dans le secteur d’Essaouira, le forage du Jebel-Jeer, deuxième structure explorée dans ce secteur, a permis, comme pour le Jebel-Kechoula foré l’an dernier, de mettre en évidence une accumulation d’hydrocarbures gazeux.

La production de pétrole. — La production de pétrole brut s’est élevée à 74 328 tonnes, soit sensiblement le même chiffre qu’en 1957. Cette stabilisation est due essentiellement au développement du champ de Haricha, dont la production a contrebalancé la baisse résultant du déclin généralisé des autres gisements. Le champ de Haricha, dont il est encore prématuré d’estimer les réserves, est devenu, en effet, le gisement le plus important de la société. En fin d’année, avec huit puits producteurs, il donnait environ 110 mètres cubes brut par jour. Des sondages de développement et d’extension restent encore à exécuter, et il est vraisemblable qu’en 1959 la production de ce champ sera nettement supérieure à celle de 1958.

Les richesses minières"le Mondediplomatique.aoùt 1959. Image-4701-9eaf6-28969
My Ahmed Jebli
My Ahmed Jebli

Messages : 244
Date d'inscription : 11/01/2011
Age : 58
Localisation : essaouira

http://www.rosa-immobilier.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum