RADIO CASA MFM

VISITES


 

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 17 le Jeu 15 Mar - 16:39
C I T A T I O N S
Statistiques
Nous avons 88 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Abdellatif

Nos membres ont posté un total de 1584 messages dans 509 sujets

Journaux du Maroc
صحف مغربية باللغة العربية

 

Presse Marocaine en Français
Août 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Calendrier Calendrier


Rose des Alizés

Aller en bas

Rose des Alizés

Message  bihich46 le Mar 20 Déc - 12:50

L'important,dit la chanson c'est la Rose,non point pour pousser la chansonnette,mais bien pour en apprécier la beauté,si chère à ...Mohamed Abdelwahab qui dut en supporter les épines.Tout ce qui est beau inspire en général les poètes et les artistes,le commun des mortels ayant d'autres chats à fouetter quand il ne rame pas à gagner sa croute pendant que les esthètes se délectent des bienfaits de la nature.
Il était une fois une rose,bien en chair et en os celle-là,qui subjuguait le bon peuple de Mogador par son exceptionnelle beauté.Elle était le sujet principal des conversations masculines,dans la discrétion totale de peur de déclencher quelque conflit conjugal.Elle suscitait la curiosité des uns et attirait le regard des autres car il ne pouvait pas en etre autrement.Du haut de mes sept ou huit ans d'alors,je ne puis vous décrire tous les atouts de cette rose mais les mauvaises langues,ne pouvant acceder à ses charmes ni en obtenir le moindre sourire,n'avaient d'autre alternative que de médire c'est à dire lui trouver des épines.C'est une péripatéticienne disait-on de dépit bien sur,mais savait-on pourquoi?on n'en a cure!et on ne savait meme pas d'ou elle venait,sauf qu'elle avait ses vieux et un frère oisif à nourrir ce qui était une condition suffisante quant à une éventuelle tolérance ou compassion.
Dans leur quete machiste des épines de la rose qui vint parfumer les alizés de céans,les soupirants de tous bords tombèrent des nues;l'histoire de Dame-rose en confondit plus d'un.Fille unique,jeune et belle,elle tournait la tete à tous les males de sa lointaine contrée jusqu'à ce qu'un vieux notable du coin la demanda en mariage,l'épousa normalement et lui fit une si belle cérémonie dans son Riad qu'on en parla dans toutes les chaumières.
Un seul etre vous manque et tout est dépeuplé,dit le poète.La belle dulcinée soustraite aux regards des curieux n'en demeurait pas moins dans leur esprit tellement séduits par sa légendaire beauté.Il s'ensuivit tout un mouvement de foule permanent à arpenter le devant de la demeure du notable à tel point que cela l'agaça et lui rendit la chose insupportable.
Il s'en alla se plaindre auprès de qui de droit.Le juge l'écouta patiemment,soupesa le problème sous toutes les coutures et lui raconta une petite histoire.
Il s'agit lui dit-il du propriétaire d'un verger non loin d'ici,il y cultivait toutes sortes de légumes et fruits,des fleurs aussi et il avait un trés beau rosier dont émergeait une si belle et grande rose que tout le monde s'arretait pour l'admirer à tel point qu'il ne rentrait meme plus chez lui de peur de se faire voler cette rose!il est venu se plaindre de ne plus avoir la paix.Je suis embarassé lui dit le juge,je ne sais quoi faire.
Le notable trouva l'attitude du plaignant stupide et égoiste ,et qu'il ne doit pas priver les autres d'admirer cette merveille de la nature.
Merci beaucoup lui dit le juge d'avoir trouvé la réponse à votre plainte,vous avez également soustrait la rose de la cité à l'admiration des autres et partant,empeché les gens de donner libre court à leur reve.
Le vieux notable s'en alla méditer la réponse du juge,en saisit toute la portée et libéra la jeune femme de cette séquestration.
Elle fut tellement harcelée dans sa cité qu'elle dut s'exiler au pays de Mogador pour y pratiquer comme disent les puristes le plus vieux métier du monde et...nourrir les siens dont personne ne voulait.
Cet exemple de sacrifice,d'expression du don de soi(au propre comme au figuré)ne vaut-il pas le plus grand des pardons si tant est que l'on puisse s'accaparer la vie des autres ou y apporter quelque jugement de valeur.Alors plutot que de jaser,dévaloriser tout ce qui ne répond pas à des normes arbitrairement conçues pour tout régimenter en tous temps et en tous lieux,ad vitam aeternam,on ferait mieux de s'occuper des causes et pas seulement des effets,de porter un regard bienveillant sur les problèmes des autres,cela les aidera mieux à se sortir de leurs tracas et de se construire ou reconstruire.
Depuis que j'ai eu vent de cette histoire émouvante il y a bien longtemps ,cela m'a donné une leçon de vie telle que je m'interdis pour le restant de mes jours de jeter quelque opprobre sur qui que ce soit,du moins je fais l'effort.

bihich46
Admin

Messages : 16
Date d'inscription : 23/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum