RADIO CASA MFM

VISITES


 

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 17 le Jeu 15 Mar - 16:39
C I T A T I O N S
Statistiques
Nous avons 88 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Abdellatif

Nos membres ont posté un total de 1584 messages dans 509 sujets

Journaux du Maroc
صحف مغربية باللغة العربية

 

Presse Marocaine en Français
Août 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Calendrier Calendrier


Et si on s'aimait ?

Aller en bas

Et si on s'aimait ?

Message  Oum le Lun 26 Mar - 13:14

L'exigence est une chose saine. Demander tout ce que le droit et la morale nous autorisent, jusqu'à la dernière miette est un acte normal. En demander plus, dans l'espoir d'obtenir le maximum est une tactique ancestrale, mais en demander trop est toujours contre productif et finit par se retourner systématiquement contre ses auteurs. Dans les salons marocains, la critique est une constante. Critique de l'action jugée trop timorée, des agendas jugés secrets, de l'incurie des dirigeants, des enseignants, de tous les détenteurs de la moindre responsabilité, des politiciens, des hommes d'affaires. Le sport national qui consiste à dénigrer tout le monde est peut-être un exutoire à une certaine frustration, mais à quel prix ? Dans cet exercice de myopie, les orateurs se situent toujours en dehors de tous les cercles qu'ils décrivent. Ce qui en soit est une excellente nouvelle, puisque cela signifie qu'il existe au moins quelques spécimens de Marocains au dessus de la mêlée. D'un côté, les droits,
réels ou supposés. Et de l'autre ? Rien. Dans notre société de la satisfaction immédiate, sans contrepartie, tout le monde s'autorise à demander tout et n'importe quoi, sans se soucier des équilibres globaux et des conséquences à moyen ou long terme. Cette attitude révèle un manque de confiance en soi, en nos institutions, en notre avenir, et structure la manière d'agir de nombre d'entre nous.
Et si on s'aimait un petit peu plus ? Si on se regardait avec un œil moins sévère, moins négatif ? Si le respect d'autrui était
davantage pris en compte, y compris dans la différence de ses points de vue, n'y gagnerait-on pas dans l'édification d'une société plus solidaire, plus égalitaire ? Ceci ne demande ni argent, ni moyens faramineux, mais si nous traitons notre jeunesses comme dépositaire de notre avenir, si nous mettons un peu plus de cœur à l'ouvrage, si nous reconnaissons le mérite de chacun d'entre nous, et si la notion d'intérêt général devenait légèrement plus présente lors des prises de décisions, aussi symboliques fussent-elle, cela ne gommera pas les disparités, mais cela améliorera la confiance que nous avons en nous et, par ricochet, la qualité de nos efforts.
Source : Le Soir Echos

_________________
Cordialement
Oum

Oum

Messages : 295
Date d'inscription : 28/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum