RADIO CASA MFM

VISITES


 

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 17 le Jeu 15 Mar - 16:39
C I T A T I O N S
Statistiques
Nous avons 88 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Abdellatif

Nos membres ont posté un total de 1584 messages dans 509 sujets

Journaux du Maroc
صحف مغربية باللغة العربية

 

Presse Marocaine en Français
Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier


Rose des Alizés(suite)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Rose des Alizés

Message  Josette GARDAIS-GIRAUD le Ven 23 Déc - 14:36

Quelle belle histoire de jeunesse ! Tellement bien racontée. L'auteur est un vrai poète....

Josette GARDAIS-GIRAUD

Messages : 2
Date d'inscription : 20/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Rose des Alizés(suite)

Message  bihich46 le Mer 21 Déc - 9:22

Notre rose,si généreuse à donner du plaisir aux autres,à se détruire corps et ame pour subvenir aux besoins des siens, eut tellement de réputation outre-Mogador que des visiteurs nantis peinaient à trouver un créneau dans son agenda pendant que d'autres s'entre-déchiraient pour s'attirer ses bonnes graces(dont des notables intra-muros).Il faut dire que la dame avait de la classe,pas Marie-couches-toi-là pour un sou.Probablement consciente de son nouveau statut de Belle des Alizés,protégée,parait-il des autorités et de ses influents visiteurs(DSK le mome d'Agadir en moins),elle eut l'intelligence d'en profiter tout en s'attachant à ne jamais froisser qui que ce soit,de "travailler" dans la discrétion totale,de gagner le respect des autres malgré le caractère "sacrilège"Haram de son activité toutefois couverte par l'existence officielle du bordel du quartier Chbanat instauré par les autorités du Protectorat pour les militaires de la garnison de Mogador.La curiosité nous poussait à aller jeter un coup d'oeil dans cet endroit interdit aux enfants pour voir ces femmes plantées devant leur maison à racoller les clients(les explications de ces manèges vinrent plus tard bien entendu).Le plus extraordinaire,c'est que cela était presque banal,admis,toléré,libre à chacun de fréquenter ou pas ces lieux.C'était apparamment mieux géré ainsi que de réprimer,interdire quelque chose de fondamentalement humain quand on sait la permissivité totale actuelle;autres temps,autres moeurs dira-t-on.Pas lieu donc de jeter le discrédit sur notre rose,sur les femmes de Chbanat recrutées de partout à cet effet pour satisfaire les besoins libidinaux des militaires(j'ose dire des autochtones aussi) et ce dans toutes les villes ou il y avait une garnison,donc pas de jaloux ni d'exclusivité.Les hommes étaient de la chair à canon,les femmes de la chair à...plaisir.En inversant cette misérable équation,on se rend compte de l'ambiguité,des ambiguités de l'Espèce,du cynisme ambiant et meme d'actualité.

Le mérite de la rose de Sidi Mogdoul,c'est d'avoir dédramatisé la situation,d'avoir donné presque une certaine honorabilité à une pratique aussi tabou que passible de lapidation en ces temps-là,heureusement,le caractère cosmopolite de la ville invitait à la tolérance des cultes,des moeurs,un melting-pot formidablement réussi.

Quand notre Diva allait au marché, chaque matin,flanquée de son boy les couffins à la main(j'étais aux premières loges,juché sur un sac de pains de sucre,rue Hadada)c'était un rituel à ne pas manquer.Elle marchait au beau milieu de la rue,de telle sorte que tout le monde,les passants,les commerçants,les négociants,les charretiers,la voyait,se rinçait les mirettes,fantasmait(plus que probable,je l'ai compris plus tard,ado)le temps de cette apparition providentielle quotidienne.Tout ce joli monde s'affairait à quelque besogne ponctuelle et furtive,pour croiser son regard pétillant,admirer ses rondeurs éminentes,pendant qu'elle chemine altière vers al khoddara (chez le boucher et marchand de légumes ).Les emplettes faites,elle revenait par Chouarj/Mellah Lekdim pour effectuer une boucle de séduction en règle:offrir au regard des autres ses formes généreuses lui apportait peut-etre quelque reconnaissance pour cet altruisme peu commun.

Elle avait gagné l'estime de tous,meme des femmes car elle avait ses favoris,évitait les hommes mariés pour ne pas briser les foyers.Une grande dame cette rose venue d'ailleurs,libre,libertine peut-etre mais courageuse et pionnière à sa manière de la lutte contre les tabous,assumant son statut envers et contre tous,en y mettant l'art et la manière jusqu'à son dernier souffle.Elle avait aussi fait beaucoup de bien autour d'elle et forcé le respect avec le temps,son souvenir demeure pour ceux qui n'ont nul préjugés.

Cette petite contribubtion lui est dédiée à titre posthume.

bihich46
Admin

Messages : 16
Date d'inscription : 23/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum